Oursin-pierreNOM COMMUN : oursin-pierre ou oursin Echinometra mathaei. Le genre Echinometra désigne l’oursin perforant.

NOM ANGLAIS : 
 

Oursin, oursin-pierre, Echinometra mathaei, Echinometridae, echinoderme, rock boring urchin , biomimetisme.

 


NOM LATIN : Echinometra mathaei

FAMILLE : Echinometridae
L’oursin-pierre appartient au groupe des Echinodermes (ce terme signifiant peau avec piquants).

Biomimétisme : la bouche et les dents de l’oursin ont servi de modèle à une pince capable d’échantillonner des sédiments sur d’autres planètes telles que Mars.

Dans l’exposition : l’oursin-pierre est visible dans l’espace "Histoires d'îles" ainsi qu'au platier de Nausicaa.

Distribution : il se répartit largement dans les océans Indien et Pacifique ouest (zones tropicales et subtropicales), tout le long de la côte Est de l’Afrique, depuis l’Afrique du Sud en remontant à la Somalie ainsi qu’en mer Rouge.  

Lieu de vie : il vit par 1 à 8 m de fond. Dans la journée, il se niche sous les pierres des platiers et dans les récifs coralliens, dans les trous et anfractuosités du corail. Il perfore des trous dans la roche calcaire et, semble-t-il, parfois même dans le corail.

Description : son test (enveloppe minérale) est de forme variable (long, étroit, elliptique, presque circulaire…). Sa couleur varie du brun foncé au vert olive en passant par le violet ou le brun rouge. Ses radioles (piquants) sont parfois gris à bruns voire crème, souvent blancs aux extrémités.  

Régime alimentaire : il sort la nuit pour se nourrir de divers organismes encroûtant comme le corail, ou certaines algues.  

Taille : environ 8 cm de diamètre, piquants inclus. Ses radioles (piquants) sont de taille variable, généralement longs comme la moitié de la taille du test. 

Menaces et mesures de protection : pas d’indication de l’UICN.

Résilience :  globalement, "la distribution des Echinodermes est analogue à celle des grands groupes anciens et prospères". Les courants ont joué un rôle de première importance dans leur dissémination. Chez les oursins, les larves sont pélagiques (vivant en pleine eau) et les très jeunes animaux sont capables de flotter ou de s’attacher à des algues arrachées.

Services rendus à l’Homme  :  les phéromones sexuelles ou peptides (Sperm Activating Peptides dit "SAP" ou "speract") des oursins ont été longuement étudiées, notamment celle de l’oursin-diadème Diadema setosum. Par ailleurs, cet echinidé peut servir de bio-indicateur de toxicité et de bio-accumulation de métaux lourds. Il fut ainsi choisi lors d’une étude sur le transfert des métaux lourds dans la chaîne trophique, réalisée en 2002 par le Chantier Nouvelle-Calédonie.
Source : Chantier Nouvelle-Calédonie - Résumé des activités 1999-2002

Les Echinometra mathaei disposent d’une teneur intéressante en caroténoïdes (pigments jaunes-orangés liposolubles et facilement assimilables par les organismes).
Or de manière générale, les carotenoïdes ont divers effets : antioxydant, activité pro-vitaminique A, modulation de l'activité des lipo-oxygénases et activation de l'expression des gènes.

Leurs propriétés colorantes, antioxydantes, photoprotectrices font que certains d’entre eux sont utilisés dans les industries agro-alimentaires, cosmétiques et pharmaceutiques.
Par exemple, le lait solaire et les compléments alimentaires pour protéger la peau du soleil contiennent un type de carotenoïde.


"Nous savons aujourd'hui que les vitamines antioxydantes comme les vitamines C, E et les caroténoïdes jouent un rôle préventif contre les maladies cardio-vasculaires et les cancers chez l'homme."
Source : Résumé de la fiche pour "Qualité des tomates : une comparaison des types traditionnels, mid life et long life - Premiers résultats" / A. GRANGES in REVUE SUISSE DE VITICULTURE ARBORICULTURE HORTICULTURE, N° Vol. 27, n° 5 (01/10/1995)


SOURCES

Livres :
W. BAUMEISTER. Guide de la faune sous-marine. Mer Rouge et Océan Indien. Tome 1 : Les Invertébrés. Ed. Ulmer, 1997.

J. SPRUNG. Trad. et adapt. J.M. BOUR. Invertébrés. Guide pratique d’identification et de maintenance. Ricordea Publishing, 2002

A. GUILLE, P. LABOUTE, J.L. MENOU. Guide des étoiles de mer, oursins et autres échinodermes du lagon de Nouvelle-Calédonie. Ed. de l’O.R.S.T.O.M., 1986.

J.-M. KORNPROBST. Sustances naturelles d’origine marine. Chimiodiversité – Pharmacodiversité –Biotechnologies. Tome 2 : Invertébrés – Vertébrés. Ed.Tec&Doc/Lavoisier, 2005

Sur les échinodermes et oursins en général :
P.P. GRASSE. Traité de Zoologie. Anatomie, systématique, biologie. Echinodermes – Stomocordés – Procordés. Tome XI. Ed. Masson, 1966, pp 273-274

Spécial Biomimétisme :

Mat Fournier. Quand la nature inspire la science. Ed. Plume de Carotte, 2011 (Prix Planète Bleue 2012), pp 92-93

Sites :
Encyclopedia of life :
http://www.eol.org/pages/599665

Sea Life Base :
http://www.sealifebase.org/summary/SpeciesSummary.php?id=50001

Sur les échinodermes, oursins et caroténoïdes en général :
Encyclopedia Universalis
http://www.universalis-edu.com/article2.php?napp=&nref=F961661


Sur les caroténoïdes :

Résumé de la fiche pour Qualité des tomates : une comparaison des types traditionnels, mid life et long life - Premiers résultats / A. GRANGES in REVUE SUISSE DE VITICULTURE ARBORICULTURE HORTICULTURE, N° Vol. 27, n° 5 (01/10/1995)
http://abiodoc.docressources.fr/opac/index.php?lvl=more_results

Un caroténoïde chasse l'autre / T. DR GIBAULT in APRIFLASH, N° 01/04/2000 (01/04/2000) 
http://abiodoc.docressources.fr/opac/index.php?lvl=categ_see&id=6888

Sources commerciales : 
http://www.oenobiol.com/dossier-articles/dossier-solaire/a-chaque-carotenoide-sa-specificite.html
http://www.fleurancenature.fr/actif-carotenoides.asp